Perspicacité et Curioris

Levers et couchers de soleil sur Ischia. Tous les meilleurs endroits pour profiter du spectacle

Résidu du rêve et principe de la pensée, comme le disait Victor Hugo : l’aube est en elle-même un enchantement. À Ischia, plus. Et ils enchantent les longs couchers de soleil sur la mer, le soleil illuminant le ciel de rouge, de rose ou d’orange, avant de sombrer rapidement, englouti par l’horizon.

Aucun programme d’événements ne peut rivaliser avec un spectacle de la nature qui traverse les saisons : en hiver comme au printemps, en été comme en automne, l’île d’Ischia sait s’exalter au début du jour et se montre sous son meilleur jour au crépuscule, lorsque les derniers rayons du soleil se posent sur les goitres et les falaises, et que la lumière cède la place à l’obscurité.

Ainsi, la mère de toutes les expériences, pour ceux qui veulent vraiment se mettre au diapason de cette terre, consiste à arriver à l’heure au rendez-vous quotidien avec l’alternance du jour et de la nuit. Laissez-vous captiver par elle, saisissez-la du regard avant même votre smartphone : alors, bien sûr, la tentation de renvoyer le bon cliché sur Instagram sera irrésistible.

Senteurs de la mer sur l'île éveillée : où assister au lever du soleil sur Ischia

Le lever du soleil, tout d’abord : à l’est, Ischia est une étreinte face au continent. La place aragonaise, dans le village d’Ischia Ponte, est donc l’endroit privilégié pour accueillir le soleil, qui apparaît au loin, derrière l’îlot de Vivara, une ramification de Procida, et le Vésuve, ou, selon l’époque de l’année, en pleine mer, entre Punta Campanella et Capri. Comme dans une irrésistible synesthésie, tous les sens sont sollicités : la vue, séduite par la lumière qui imprègne tout, et l’ouïe, avec le chant des mouettes et la litanie de la mer, tantôt légère et à peine perceptible, tantôt imposante et puissante. L’odeur du premier café prématuré et du pain chaud de la vieille boulangerie voisine chatouille le nez, le temps de la dégustation viendra avec l’inévitable petit déjeuner.

Dormir ici, dans l’un des hôtels proches d’Ischia Ponte, présente donc des avantages.

Cela change la perspective, mais pas le résultat final pour ceux qui s’attardent à Cartaromana, en descendant à la plage ou en s’asseyant sur l’un des bancs de la place.

Alba Ischia Ponte

Trekking en attendant le soleil levant

Pour les amateurs de trekking, en revanche, le lever du soleil peut être l’acte final satisfaisant d’une promenade parmi les merveilles de la terre insulaire : il est plus confortable d’être aux premières loges depuis la colline de Piano Liguori, facilement accessible depuis la place du village de Campagnano, d’où s’ouvre une vue à 360 degrés qui, par temps particulièrement clair, permet d’apprécier le golfe de Naples dans son intégralité.

Des aperçus suggestifs du lever du soleil s’ouvrent également à travers les pins et les chênes verts de Cretaio, surplombant le port d’Ischia et, plus loin, le château, derrière les anciennes bouches volcaniques de Rotaro.

Mais s’il est un lieu qui – par définition – devient le non plus ultra de l’enchantement du lever de soleil ischien, c’est sans aucun doute le sommet de l’Epomeo, comme le suggère le nom même du lieu. “Epopon moyens regarder autour de soiC’est facile si vous êtes là, au sommet, quand le soleil se lève et illumine, tranche par tranche, toute l’île.

Il faut monter à temps, depuis Fontana, armé d’une torche et en faisant attention au chemin, qui suit en partie un sentier muletier : cela en vaut la peine. Il est donc recommandé de dormir dans la région.

Les plus beaux couchers de soleil sur Ischia

Et d’ici, depuis Epomeo, le coucher de soleil est également un spectacle inestimable.

A Forio, à la recherche du rayon vert du coucher de soleil

Les amateurs du genre, largement célébrés par nul autre que Giovanni Verga (dans le poignant “Casamicciola”, il vante les “couleurs chaudes de la ville”), ne sont pas en reste.couleurs chaudes du coucher de soleil sur lequel Ischia s’estampille de vert et de douceur, et où le rivage se dresse comme une coupe“), mais il ne faut pas manquer l’occasion de l’observer depuis la côte ouest de l’île, peut-être depuis le piazzale del Soccorso à Forio ou, mieux encore, depuis le phare de Punta Imperatore. La mer dévore le soleil, et si vous ouvrez l’œil, vous pourrez peut-être la voir traversée par des bancs de dauphins festifs. Que voulez-vous de plus ? Le rayon vert, peut-être. Cette subtile (et légendaire) traînée lumineuse de couleur verte, quelques instants à l’aube ou au crépuscule : il y a une explication scientifique (la réfraction de la lumière du soleil par l’atmosphère), mais le plus captivant est la fascination et la rareté d’un phénomène qui a également séduit Luchino Visconti, entre autres. Et même depuis le promontoire de Zaro, où se trouve ce qui fut sa villa, La Colombaia, le coucher de soleil est un spectacle à couper le souffle, à toutes les saisons de l’année. Plus au printemps, peut-être, lorsque la forêt s’éveille et que les parfums des fleurs, dont celles de Giardini La Mortella, se répandent partout. C’est encore mieux à la fin du mois de mai, lorsque, à la tombée de la nuit, il suffit de faire quelques pas vers la forêt pour être ébloui par la lueur des lucioles. Qu’y a-t-il d’autre que l’émerveillement ? 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *