Perspicacité et Curioris

L’histoire de la Bibliothèque Antonienne

L’histoire de la bibliothèque Antoniana commence au début des années 1920, lorsque, pour pallier le manque d’écoles post-primaires, les locaux ont trouvé une nouvelle utilisation grâce à la clairvoyance d’un prêtre charismatique : Monseigneur Onofrio Buonocore.

Les études supérieures, pour ceux qui souhaitent poursuivre leur formation, sont en effet poursuivies exclusivement soit au séminaire diocésain qui, de 1901 à 1915, adapte les études littéraires et scientifiques du gymnase et du lycée aux programmes de l’État, soit à Naples, au prix de dépenses considérables. Après les Conventuelles et les Clarisses, le couvent Saint-Antoine voit l’arrivée des Frères Mineurs, qui prennent possession des impressionnants locaux le 20 mars 1920. L’établissement de la première école professionnelle pour hommes et femmes “Vittoria Colonna” a également abrité la résidence d’étudiants pour les aspirants à l’Ordre. L’Institut technique a été municipalisé en 1919, péréqué en 1922 et régurgité en 1933, avant d’être transféré dans un bâtiment plus grand : le bâtiment “Drago”.

L’expérience scolaire s’est poursuivie lorsque, à partir de 1939 et pendant dix longues années, les locaux ont abrité un institut magistral, le “Ferrante D’Avalos”. Au cours de cette expérience extraordinaire, qui a eu le mérite d’éduquer et d’influencer les générations qui ont pris le relais dans la gestion de l’île, le besoin s’est fait sentir de pouvoir collecter des livres utiles à l’enseignement à l’intention des étudiants qui avaient souvent des difficultés à accéder au matériel d’étude. Le service de prêt de volumes est attesté avant même la fondation de l’Antoniana, de sorte que l’on peut parler d’une bibliothèque scolaire originale. Si la genèse de la bibliothèque de l’évêque Onofrio Buonocore est liée à cette expérience, celle de toute la communauté commence le 13 juin 1940 lorsqu’elle est officiellement inaugurée et ouverte au public avec sa nouvelle fonction.
Le 27 juillet 1947, le premier président de la République italienne, Enrico De Nicola, a signé le décret d’élection en tant qu’entité morale.
Soucieux de l’avenir de la bibliothèque après sa mort, Onofrio Buonocore fonde en 1944 le Centro Studi su l’isola d’Ischia, dont il assure la présidence jusqu’en 1958. De 1951 à 1961, un rôle important a été joué par Camillo D’Ambra, alors bibliothécaire adjoint, qui a ensuite été l’âme du projet qui a conduit à la fondation des archives historiques diocésaines d’Ischia. Après la mort de Buonocore en 1960, l’Antoniana a vu se succéder d’illustres présidents, tels que le professeur Paolo Buchner et l’avv. Mario Buono qui, dans les années 1960, a dépensé beaucoup d’argent pour agrandir la bibliothèque par des achats et des dons. L’Antoniana est devenue officiellement une bibliothèque municipale le 15 juillet 1986 et une rénovation majeure a commencé en 1999, qui a également permis de réaménager, de cataloguer et de restaurer certaines de ses pièces les plus importantes.
L’ouverture de la “nouvelle” bibliothèque au public remonte à 2001 et, depuis 20 ans, elle dialogue avec l’ensemble de la communauté insulaire en tant qu’institution unique en son genre.

Le patrimoine de la bibliothèque

Le fonds de la bibliothèque comprend les livres estampillés “Royal Navy”, héritage de la base navale britannique stationnée dans le port d’Ischia de 1943 à 1946 ; une partie des volumes qui constituaient autrefois la bibliothèque du séminaire désaffecté d’Ischia, ou qui avaient alimenté les bibliothèques des familles les plus illustres de l’île, ont été introduits dans les salles. De nombreuses raretés se trouvent sur les étagères et dans les vitrines de la bibliothèque : de l’Encyclopaedia Boccardo au Treccani de 1938, des trois exemplaires du De rimedi naturali qui se trouvent dans l’île de Pithecusa hoggi detta Ischia de Giulio Iasolino à la pandette de 1500. Les manuscrits comprennent la Platea Polverino et le Codex maçonnique d’Ischia.
Respectivement, un volume in-folio de 257 pages entièrement consacré à la description de divers domaines, de leurs rentes et de la liste de leurs colons à partir du XVIIe siècle. Il contient la transcription d’une série d’actes notariés rédigés pendant deux ans pour le nouvel acquéreur, le Protomedico des Deux-Siciles Francesco Buonocore.
Le second document est un codex composite contenant, dans la première section, l’une des premières vernacularisations par Alessandro Marchetti du De Rerum Natura de Lucrèce et, dans la partie inférieure, une série de documents contenant une déclaration du premier Grand Maître de la franc-maçonnerie spéculative napolitaine, le premier tableau de loge italien et la transcription de la lettre que Raimondo de’ Sangro a transmise à Sa Sainteté Benoît XV, à la suite de sa bulle et de son édit royal du 10 juillet 1751, ainsi qu’une lettre de réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *