Perspicacité et Curioris

Le plus bel endroit du monde

Pour moi, Ischia est tout simplement le plus bel endroit au monde. Un lieu de l’âme capable, en même temps, d’ouvrir le rideau sur les paysages de l’âme et dans l’âme. C’est le lieu où la mer n’isole pas mais protège. C’est une révélation continue de la beauté dont chacun devrait être le gardien et l’ambassadeur.
C’est une malle bleue qui devient un coffre aux trésors de découvertes continues et incessantes de surprenantes merveilles humaines.

C’est là que vous rencontrez Michele qui – vous connaissant à peine – vous arrête dans la rue et, lisant dans vos yeux la passion dévorante pour le lieu, tient à vous offrir un livre sur l’église du Saint-Esprit, qui révèle le trésor de coopération et de cohésion sociale des marins du Borgo di Celsa qui, depuis le XVe siècle, ont partagé l’art de la mer, ses fortunes et ses dons salés, en en faisant en partie un fonds commun, anticipant les valeurs de solidarité sociale et d’égalité en se consacrant à la rançon des esclaves, à l’aide aux dots des jeunes filles à marier, aux soins de santé pour les moins fortunés et à la démolition des inégalités.

Il n’y a qu’à Ponte que se trouve la librairie Barbara où – même en février, à dix heures du soir, quand il fait encore plus sombre et que la mer a récupéré son espace vital sur la place, laissant en cadeau des colliers d’algues salées – vous trouvez un phare allumé dans votre blizzard personnel et une tasse chaude de mots qui vous font vous sentir plus à la maison que chez vous. Ainsi, même si vous vous sentez seul comme un sanglot, vous voyez une étoile déchue sur une chaise pour partager votre compagnie.

Ce n’est qu’ici qu’il y a une myriade de chemins culturels où vous rencontrez Antonietta qui vous donne, en guise de conseils, des livres qui vous nourrissent, comme du pain, d’une pensée qui sait penser pour être savourée dans des milliers d’arrêts doux sur des rochers en mouvement ; et encore Lello qui, avec l’odeur d’un café, vous simplifie la complexité de la théologie.

En parcourant les ruelles, on découvre l’effervescence vocale d’une paranza de pêcheurs d’idées, dont le capitaine est Raffaele Mirelli, un commandant qui, avec son équipage, pêche chaque année les perles d’une fête de la philosophie étonnante, fabuleuse et magique. Et puis à Marco qui capte, dans le final, beauté et images.

Ce n’est qu’ici, le 25 décembre, alors que vous vous baignez dans les Maronti et que vous réfléchissez à la température de votre folie, que vous voyez Alberto passer en canoë et échanger, au milieu des vagues festonnées, des vœux de Noël, découvrant que, sur cette île, il n’y a pas seulement la relativité du temps, mais aussi la relativité météorologique du temps qui devient fou de joie et, seulement si vous êtes amoureux au point de le croire, vous fait sentir le jour de l’assomption…

Il n’y a que dans ce lieu qu’il y a un château vivant, habité par des anges, qui vous font découvrir que, dans le plus bel endroit du monde (Ischia), il y a le plus bel endroit (le château d’Aragon). Et encore lorsque vous rencontrez des gens qui vous offrent, sur un plateau de terrasse, les plus beaux couchers de soleil que vos yeux fatigués aient jamais vus : ceux de la terrasse de Michel-Ange qui serrent votre cœur dans leur poing et ne vous sont rendus que par la lune lorsque le soleil prend congé de lui. Ischia, si vous l’aimez vraiment, vous vit, se laisse vivre et, si vous en avez besoin, vous rend à la vie, vous appelle et vous répond, vous lie et vous libère, vous oblige, dans un enchantement de beauté, à rester là le plus longtemps possible, à faire votre place dans le Monde où vous n’êtes jamais seul.

C’est peut-être iconoclaste, mais si je devais imaginer le paradis, je l’imaginerais ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *